Kototama

Qu’est ce que le Kototama?

Selon la tradition, c’est au Japon, gardien de la tradition des sons sacrés que les principes du Kototama furent conservés, et l’allusion à son existence  se trouve dans le Kojiki le livre des chroniques anciennes qui explique le mythe de la naissance de l’Univers et relate l’histoire de la civilisation japonaise.

Pour résumé toute chose créée est constituée de vibrations, de sons.Cependant si dans la nature, les sons restent purs ( le bruit du vent dans les arbres, celui d’une chute d’eau dans une cascade….,) le cerveau humain les perçoit directement, sans déformation. On peut dire, ainsi, qu’il est sur la même longueur d’onde, en accord avec son environnement.
Par contre, une langue parlée est une suite de sons qui se sont déformés dans le temps et oblige le cerveau à les décrypter.
Le Kototama, c’est donc revenir à la pratique des sons purs en prononçant les 5 voyelles (a,e,i,o,u), qualifiées de sons mères et les 8 rythmes pères (s,k,t,h,y,l,m,n,k) dans des ordres différents. Le mariage des deux séries engendrant les 32 sons fils et les 17 sons cachés

musicienne_japonaise

Concrètement

La pratique ne nécessite pas de qualités vocales particulières. C’est plutôt un exercice de lâcher prise apparenté à la méditation.On laisse les sons prononcés entrer en résonance avec le corps, notre univers intérieur. Nous devenons ainsi une matrice où viennent se déployer les sons, générant ainsi des effets sur la totalité de notre organisme.

Qu’apporte sa pratique?

La prononciation des sons  purs, n’étant pas déformée, ils sont en accord avec le fonctionnement de notre cerveau. Celui ci se trouve ainsi ré-harmonisé et cela se traduit entre autres pour le pratiquant par un profond sentiment de bien être.

Le contenu de la pratique en atelier

L’atelier de Kototama a lieu une fois par mois le dimanche de 09h30 à 17h00. Il est animé par une enseignante spécialisée, formée depuis plusieurs années à cette pratique.
L’inscription se fait à l’année, mais il est possible de faire un seul atelier d’essai.

Le fondateur de l’aïkido, sensei Morihei Ueshiba a développé son art à partir du Kototama, dont il fut initié par Mme Ogushi.